Sans titre (Damien Aspe, Olivier Mosset)

De atlasmuseum
Aller à : navigation, rechercher

Notice+

Afin d'assurer la représentativité des différentes tendances de l'art contemporain, à travers un ensemble cohérent, les vingt marchés de la ligne B ont fait l'objet d'un seul avis d'appel à la concurrence et d'un règlement commun aux concours. Après désignation des artistes lauréats pour chacune des stations, une étude de faisabilité technique, issue de la concertation entre l'artiste et l'architecte, a permis à la maîtrise d'œuvre d'intégrer la mise en exécution de l'œuvre d'art dans le cadre du planning général des travaux. L'artiste a conservé, après concertation avec l'architecte et le maître d'ouvrage, une totale responsabilité de la conception.

La ligne B s'inscrit dans la continuité de la ligne A, inaugurée en 1993, pour laquelle 18 artistes reconnus avaient déjà réalisé une œuvre dans le cadre de la commande publique, ce qui fait du métro de Toulouse un réseau dans lequel l'art contemporain tient une place de première importance.

L'architecture globale de la ligne B se définit par la mise en volume des espaces, la lisibilité des parcours, la lumière, l'intégration des œuvres d'art et le design. Ces caractéristiques permettent de s'approprier l'espace public du métro comme un espace fonctionnel mais également comme une source possible de plaisir et de poésie. Susciter un dialogue entre les œuvres d'art et les lieux est un des concepts fondateurs du projet.

La spécificité de cette commande publique pour la ligne B est que les artistes ont été associés aux stations dès leur conception architecturale. Ce procédé favorise un lien efficace entre les œuvres et l'architecture des stations. De plus, il était demandé à tous les artistes d'intégrer dès la conception de leur œuvre deux matières fondamentales : le verre et la lumière.

Mémo ligne A

Inaugurée en 1993, cette ligne, ainsi que les trois stations de son prolongement, avaient déjà été l'occasion d'une intégration d'œuvres d'art dans chacun de ses arrêts. Dix-huit artistes de renom avaient ainsi investi les stations de cette première ligne de métro (Béate Honsell-Weiss, Guy-Rachel Grataloup, Takis, Daniel Coulet, Dimitry Orlac, Jean-Paul Chambas, Hervé et Richard Di Rosa, Olivier Debré, Noël Cuin, François Morellet, François Bouillon, Guilio Paolini, Felice Varini, Bernard Gerboud, Jean-Louis Garnell, Damien Cabanes, Jacques Vieille, Jean-Michel Othoniel).

Œuvre

TitreSans titre
Description
Le monochrome définit l'intervention minimale des artistes Olivier Mosset et Damien Aspe. Dans la salle des billets, le mur du fond est peint en orangé, le plafond en bleu pastel, teintes qui évoquent les années disco. Au niveau de la mezzanine, le même principe et les mêmes couleurs sont appliqués mais ces dernières sont inversées : le mur devient bleu, le plafond orangé.

Le choix des couleurs est donc primordial. Il tient à l'histoire même de la ville de Toulouse et à l'omniprésence de la brique qui lui vaut le surnom de Ville Rose. Leur inversion correspond à la double direction des voies.

L'architecture extérieure et le niveau des quais sont intentionnellement laissés en l'état, la première étant considérée comme une œuvre en soi et le second comme un lieu technique, où le métro est tout ce qui accapare l'œil et l'attention des voyageurs.

Encore une fois les artistes jouent sur le nom de la station en proposant une œuvre minimale pour les Minimes.
Naturepérenne

Site

LieuMétro de Toulouse
VilleToulouse
DépartementHaute-Garonne
RégionLanguedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
PaysFrance
Détails sur le site
Ligne B, station Minimes - Claude-Nougaro
PMRje ne sais pas
Latitude/Longitude43° 37′ 13″ N
1° 26′ 09″ E

ATLAS






















Fichier:28139.jpg